Améliore ta communication en 10 points

Améliore ta communication en 10 points

Combien de fois il y a eu des malentendus, des quiproquos et des relations cassées à cause de paroles. On pense bien faire et on se rend compte qu’on a blessé quelqu’un par ce qu’on dit.

Dans cet article je vais te lister les 10 choses à connaître pour remédier à cela et avoir une communication bienveillante pour toi et pour les autres.

La communication est tout un art et maîtriser cet art ouvre bien des portes.

1. Etre à l’écoute

EcouteJe vais définir déjà ce que veut dire être à l’écoute : être à l’écoute est laisser parler l’autre (c’est évident tu me diras !), on peut reformuler de temps en temps ce la personne dit pour lui faire comprendre qu’on est bien avec elle et qu’on a compris ce qu’elle dit, ce qu’elle vit. C’est aussi l’occasion qu’elle nous précise des choses ou nous corrige. C’est marrant le nombre de fois que les personnes disent : “non ce n’est pas çà ce que je voulais dire !”

On peut également juste acquiescer par un oui ou un hochement de tête.

Aussi faire l’effet miroir, c’est à dire répéter mot par mot ce que l’autre dit.

L’écoute faite de cette façon est la meilleure chose que tu peux faire pour aider l’autre qui vient te raconter un problème ou même une histoire qui lui est arrivée.

Souvent ce qui se passe, une personne commence à raconter une histoire et avant même qu’elle termine l’autre parle de sa propre histoire et en fait chacun reste dans son monde et n’offre pas le cadeau d’écouter l’autre et lui porter de l’intérêt. Et ça peut être très frustrant.

Et si on regarde bien, on a deux oreilles et une bouche ; c’est pour écouter deux fois plus que de parler !!!!

2. Pas de critique

Si tu veux parler à une personne et lui passer un message qui te tient à cœur, commence déjà à être dans l’écoute. Ceci permettra d’être en phase avec elle. Si tu lui offre ce cadeau elle peut ensuite être prête à t’écouter à ton tour.

Si tu ne veux pas briser ce lien que tu as établi, ne la critique pas, elle risque de se braquer et tout espoir de discussion est anéanti. Si tu émets la moindre critique, elle va être sur la défensive, elle va chercher à se justifier et essayera par tous les moyens, de te démontrer qu’elle a raison et ce n’est pas ce que tu veux.

Donc pas de critique,

3. Le tu qui tue

Si tu a un message à passer mieux vaut oublier le tu et t’exprimer en je. Tu parleras de toi, car le tu vas te faire glisser sur le terrain de la critique et de l’accusation.

En t’exprimant à la première personne du singulier tu n’engages que toi, tu peux parler de tes sentiments de ce que tu aimerais ou de poser une question pour améliorer le processus la prochaine fois.

Exemples :

  • Je suis fatiguée, j’ai besoin d’aide pour préparer le dîner (Au lieu de : Vous ne m’aider jamais, je dois tout faire dans cette maison)
  • J’ai besoin du rapport pour la semaine prochaine, est ce que tu peux me le fournir dans deux jours pour le lire avant de l’envoyer stp. (Au lieu de : Tu ne m’as toujours pas envoyé le rapport, on va le rendre en retard…)
  • J’aimerais partir en week-end avec toi. (Au lieu de : on ne fait jamais rien ensemble)

4. Préciser le besoin

Etre claire sur ce que tu attends de l’autre est un point important à définir. Il arrive qu’on donne juste une simple instruction et on pense que l’autre va savoir tout ce que cela implique derrière. Pour éviter toutes mauvaises surprises, tu peux prendre le temps en amont de clarifier ce que tu souhaites pour une tâche donnée.

Si je dis à mon enfant de ranger sa chambre, pour lui cette tâche peut avoir une autre signification. Le fait de mettre tout en vrac dans le placard ou sous le lit peut signifier ranger sa chambre. La chambre est ainsi bien rangée pour lui.

Dans ce cas, on peut lui expliquer ce que ranger veut dire pour nous et surtout faire l’exercice avec lui plusieurs fois pour qu’il voit en pratique ce que c’est que ranger la chambre.

Si je dis à mon mari que j’aimerais qu’il travaille moins, sans lui préciser que je veux passer plus temps avec lui. Il peut bien travailler moins et aller faire du sport pendant ce temps libre.

A toi , d’être précise sur ta demande et d’être claire sur tes attentes.

5. Avoir un feedback

Une fois que tu as exprimé clairement ton besoin, n’hésite pas à demander à ton interlocuteur de redire ce qu’il a compris. Par exemple : peux tu résumer ce qu’on vient de ce dire stp ? dans le cadre d’un travail.

Très pratique aussi pour nos enfants.

Cette pratique permettra de diminuer les incompréhensions de part et d’autre.

Un même mot peut avoir différentes significations selon les personnes. Par exemple la liberté veut dire pour moi faire ce que je veux dans le respect de mes valeurs et des limites que j’ai définies. Je suis curieuse de savoir ce que liberté signifie pour toi. Laisse moi un commentaire pour me donner ta signification de la liberté.

6. Se connecter à ses émotions

Lors d’une conversation, c’est intéressant d’être à l’écoute de tes émotions. On a vu dans l’article sur “Que disent nos émotions de nous” que les émotions sont des indicateurs. Les prendre en compte au fur et à mesure de la discussion peut t’éviter bien des conflits, comme dans l’exemple de la colère.

Tu peux signifier à ton interlocuteur que tu n’es pas en état de discuter et que c’est mieux de voir le sujet à un autre moment.

7. Poser des questions

Tu peux poser des questions pour faire préciser les choses à ton interlocuteur ou l’aider à trouver des solutions par lui même. Le coaching est basé essentiellement sur cette technique ; le coach pose des questions qui vont aider la personne à réfléchir à ce qui lui convient le mieux.

Pose des questions ouvertes : quand ? avec qui ? est ce qu’il y a un inconvénient ? quelle est la première étape à faire ? De quoi as-tu besoin ?…

8. Se mettre dans les chaussures de l’autre

Des fois, il peut être intéressant de se mettre dans la peau de l’autre et voir comment il va accueillir notre message. Cette astuce peut te faire changer de point de vue et adapter ton message en fonction

Cette technique est beaucoup utilisée en coaching dans le cas d’un différent entre personnes. Très utile à pratiquer si tu as des adolescents.

9. Ouvrir son esprit

On pense que tout le monde est comme nous, réfléchit et agit comme nous. Or chacun est unique compte tenu de son expérience, son histoire, son éducation…

Comprendre le mode de fonctionnement de l’autre et ce qui est important pour lui te donnera une ouverture d’esprit et une plus grande flexibilité.

Personne ne détient la vérité, ça reste des perceptions, des sentiments, des souvenirs et ces choses sont très subjectives.

10. L’objectif d’abord

RomeAvoir en tête l’objectif à atteindre lors d’ne communication est très utile. Finalement c’est çà qui est important car comme on dit “tous les chemins mènent à Rome” peu importe lequel on prend.

Des fois avec nos enfants on peut être rigide, on leur demande de faire quelque chose mais avec notre façon de faire et comme il ne sont pas nous forcément çà sera différent. Et s’en suit des discussions dont on peut se passer.

Je prends mon exemple lorsque je voulais faire une terrasse chez moi, j’avais appelé l’entrepreneur, on s’était mis d’accord sur le prix et cela faisait plusieurs jours que l’ouvrier avait commencé. Mon mari change mes plans à la dernière minute, il voulait une plus grande terrasse et voulait enlever aussi les arbres autour. J’étais très contrariée car on allait perdre du temps et de l’argent et après réflexion je me suis dit bon “tu voulais une terrasse et ben tu en as une plus grande pourquoi tu es dans cet état ?”

J’espère que ces points sont assez clairs. Je les utilise le plus souvent, ma relation aux autres est plus apaisée.

Avec ces techniques, je me rends compte que les gens aiment venir me parler car j’ai de la vrai écoute et que je porte de l’intérêt à ce qu’ils disent. Tu peux en faire autant avec de la pratique.

Photo by Pavan Trikutam, Fezbot2000Christopher Czermak on Unsplash

Spread the love
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire