Types de personnalité : 4 types simples et efficaces

Types de personnalité : 4 types simples et efficaces

Il est tout aussi important de comprendre ta personnalité que celle de tes proches, collègues ou supérieurs. Ta personnalité influence la façon dont tu structures et présentes tes idées aux autres. Dans un premier lieu c’est intéressant d’apprendre à te connaître et identifier la manière dont tu entres en relation avec les autres.

Je présente ci-après 4 types de personnalité simples et efficaces. Les comprendre te permettra de mettre la lumière sur tes propres compétences d’une part et avoir une ouverture d’esprit pour mieux comprendre les autres d’autre part.

Cet article est un extrait du livre “Convaincre en moins de 2 minutes” de Nicholas BOOTHMAN.

Il ne s’agit en aucun cas de te mettre dans des cases mais plutôt une approche pour mieux comprendre tes propres comportements et ceux des autres.

1 – Les 4 types de personnalité

En matière d’affaires, quatre processus forment le modèle de base : rêver, analyser, persuader et contrôler. De même, les entreprises sont constamment à la recherche de quatre types de personnalités :

  • les rêveurs qui apportent leurs idées,
  • Les analystes qui s’assurent que ces idées sont bonnes,
  • Les persuasifs qui font passer ces idées,
  • Les contrôleurs qui font de sorte que le travail soit accompli.

Parmi les entrepreneurs qui ont réussi, beaucoup possèdent une ou plusieurs de ces qualités, alors que d’autres doivent trouver un partenaire afin de compléter la formule.

Ta personnalité affecte à la fois le choix de ton métier et la manière dont t’estime tes performances professionnelles. Les gens qui ont le choix s’orientent en général vers un métier correspondant à leur personnalité : un individu affable et sociable (un persuasif) réussira vraisemblablement mieux dans une fonction commerciale, tandis qu’une personne plus prudente et attentive aux processus (un analyste) se tournera sans doute avec succès vers un métier d’ingénieur. Une personne ayant une personnalité affirmée et franche (un contrôleur) préférera un rôle de manager, alors qu’un individu plus timide, mais capable de voir les choses sous différents angles (un rêveur) appréciera une fonction créative.

Les analystes et les contrôleurs sont plus à l’aise quand ils doivent suivre des procédures et des modes d’emploi, tandis que les rêveurs et les persuasifs font davantage confiance à leur émotions et à leur spontanéité pour réussir. Les analystes et les rêveurs sont souvent plus réservés et introspectifs, alors que les contrôleurs et les persuasifs sont plus expansifs et catégoriques.

1.1 – Rêveur

reveur

Un rêveur est un visionnaire qui attrape au vol des options et des idées, puis les étudie. Il n’abandonne pas facilement : il essaye encore et encore. Tu établiras le contact avec lui en lui donnant la latitude nécessaire pour rêver et en respectant son espace privé.

1.2 – Analyste

analyste

Un analyste tire sa force de l’attention qu’il porte aux détails et de son esprit critique. Il est pointilleux quant à la résolution des problèmes et attaché au travail bien fait. Dans son cas, tu établiras la relation en accordant de l’importance aux détails, en étant bien organisé et en te concentrant sur les faits.

1.3 – Persuasif

persuasif

La force d’un persuasif vient de son optimisme communicatif et d’une façon de communiquer à la fois divertissante et persuasive. Il aime être apprécié. Pour entrer en contact avec lui, fais-en le centre de l’attention, réponds-lui avec enthousiasme et valorise sa spontanéité. N’oublie pas de noter les détails sur une feuille car il se peut qu’il perde le fil de sa pensée.

1.4 – Contrôleur

controleur

Un contrôleur est incroyablement compétitif et accorde beaucoup d’importance aux résultats. Il est direct assuré. Il est obsédé pas son désir d’achever sa mission. Pour entrer en relation avec lui, donne-lui des options et des alternatives, mets-y ce que tu veux et concentre-toi dessus. Fais-lui comprendre que tu saisis et apprécies ce qu’il fait de mieux et, surtout, ne lui fais pas perdre son temps.

Chaque type de personnalité a bien entendu un revers. Un rêveur sans rêve se transforme en poids mort. Un analyste sans projet consistant peut aisément devenir geignard. Un persuasif qui ne parvient pas à persuader est suprêmement ennuyeux. Un contrôleur qui ne contrôle plus rien devient un despote.

2 – Les conflits de personnalités

Détermine le type de personnalité des personnes autour de toi en particulier ceux avec qui les relations sont un peu tendues. Si tu parviens à la déterminer, tu parviendras peut-être à briser la glace. Lorsque deux personnes ignorent pourquoi elles s’entendent mal, ou ne comprennent pas comment fonctionne l’autre, une difficulté de communication peut surgir de façon rapide et durable.

2.1 – Histoire 1

Voici une histoire racontée par l’auteur qui illustre ces différences de personnalité et les complications qui peuvent s’en suivre.

John Stevenson est directeur régional des ventes d’Acme Corp. Il doit rencontrer le nouveau chef des ventes d’un secteur voisin du sien.  Il apprend qu’ils doivent se trouver à l’aéroport d’O’Hare au même moment, et organise une rencontre pendant leur escale. John veut comparer leurs notes et examiner le nouveau bon de commande qu’il a concouru à réaliser.

John a une carte de membre de la compagnie aérienne qui lui donne accès au salon mis à la disposition des passagers. Son avion atterrissant quarante minutes avant celui de Sandy, il s’arrange pour qu’ils puissent s’y retrouver. C’est un homme sensé qui porte des vêtements qui lui ressemblent.

John Stevenson ? “ Levant les yeux du magazine qu’il lisait, il voit une femme énergique et souriante vêtue d’un tailleur jaune éclatant, jonglant avec ses deux sacs et son attaché-case pour pouvoir lui serrer la main.

Sandy ?”

Oui !” acquiesça-t-elle vigoureusement.

Asseyez-vous, je vous en prie. Je pensais que vous n’aviez pas accès à ce salon, et je m’apprêtais à…”

Oh, c’est exact, mais je me suis arrangée pour entrer et on m’a indiqué où vous deviez probablement vous trouver. Alors j’ai dit que j’allais vérifier, et que si ce n’était pas vous, je reviendrais au comptoir pour attendre. Le personnel est occupé vous savez. Donc, me voilà.”  Elle était parvenue à se débarrasser de ses sacs et s’asseoir sans s’interrompre.

En effet. Voulez-vous boire quelque chose ? “ Sandy accepta volontiers et John se dirigea vers le bar et rapporta un jus de fruit.

Nous avons peu de temps “ dit-il en regardant sa montre. “ Environ vingt minutes pour être précis, donc, si vous êtes d’accord, je voudrais vous montrer quelque chose.

Sandy ne s’était pas préparée à commencer si vite. John tira deux imprimés d’une pile parfaite qu’il avait préparée sur la table, avant l’arrivée de Sandy, et les lui mit entre les mains. Sandy aurait aimé discuter un peu, mais au lieu de cela, John lui demandait d’examiner ces deux imprimés. Elle avait plutôt bon caractère, mais ce type commençait à l’énerver.

Un instant, s’il vous plaît. Que suis-je censée regarder ? Que suis-je censée trouver ?

Je vous ai tout expliqué par e-mail, “ dit John ; sa voix et son visage traduisait son exaspération.

Le temps passe-t-il si vite ? En moins de deux minutes, cette prise de contact s’était transformée en désastre. As-tu déjà une idée du type de personnalité de ces deux personnes ? Quelles sont leurs forces ? Quelles faiblesses y sont associées ? Qu’est-ce qui motive John ? Qu’est-ce qui motive Sandy ?

Voilà typiquement une occasion manquée. John est un analyste, précis et déterminé. Sandy est une persuasive, concentrée sur elle-même et trop bavarde. John aurait pu profiter d’une conversation intéressante s’il avait exprimé son admiration pour la manière dont Sandy était parvenue à le trouver. Il se serait ainsi mis en harmonie avec la liberté d’action de Sandy. De son côté, Sandy aurait pu complimenter John sur l’organisation de cette réunion, se mettant ainsi en harmonie avec son sens logistique. Mais, en l’état, toute possibilité de coopération était perdue. En fait, il se rappelleraient sans doute de cette rencontre comme un moment embarrassant, les empêchant à jamais de développer une relation plus profonde.

2.2 – Histoire 2

Steve Erickson dirigeait une société d’emballage et de design. Les créatifs de sa société semblaient frapper de paralysie collective et leurs créations du mois précédent ne présentaient aucun réel intérêt. Il savait qu’il leur imposait une forte pression, mais il ne comprenait pas en quoi cela pouvait les gêner.

De nos jours, tout le monde est sous pression “  disait-il à l’auteur.

  Mon instinct me pousse à être dur avec mes créatifs, à leur dire que leur boulot est sans intérêt et à leur répéter qu’ils sont payés pour faire du bon travail et rien d’autre. Il y a quelques années, je les aurais convoqués dans une salle de réunion et je leur aurais dit : ‘Voici ce que vous devez me fournir au cours du prochain trimestre, et il vaudrait mieux que ça soit bon, sinon c’est la porte ‘ ”. Mais Steve avait un peu évolué et avait appris que cette approche ne donnait aucun résultat.

L’auteur a rencontré Steve lors de l’un de ses séminaires. Il leva la main pendant une discussion entre rêveurs et posa des questions très pertinentes. En fin de journée, ils se retrouvèrent pendant quelques minutes afin d’envisager comment motiver son équipe de créatifs.

Vos employés sont des rêveurs professionnels et vous êtes un contrôleur “, lui dit l’auteur. CE dernier ne lui révéla pas exactement comment les gérer, mais lui exposa comment aiguiller l’imagination d’un rêveur. Il lui expliqua que les images, les sons, les sensations, voir les odeurs et les goûts, étaient essentiels à la productivité de son équipe, et que celle-ci avait besoin d’un flot constant de nouvelles expériences et de stimuli permanents. Steve admit que les stimuli actuellement en place ne fonctionnaient manifestement pas. Bien que son instinct le pousse à la sévérité, il réalisait qu’il aurait été totalement contre-productif de mettre ses employés sous pression.

Par la suite, l’auteur a appris que Steve avait causé un petit scandale dans sa société, lorsqu’il avait décidé d’emmener son équipe en voyage, pour une retraite destinée à faire décoller sa créativité. Certains cadres pensaient en effet qu’il récompensait ainsi l’équipe créatifs pour son mauvais travail.

Vous les emmenez dans un hôtel cinq-étoiles alors qu’ils sont incapables de nous fournir ce dont nous avons besoin ? Vous êtes fou ! “ lui avait dit le directeur financier. Mais finalement, Steve exécuta son plan comme prévu, et il en retira très exactement ce dont la société avait besoin.

Une fois installés dans un hôtel de luxe situé dans le Monts Adirondack, loin du bureau et confrontés à des stimuli adéquats, les membres du département création s’attaquèrent à leur projet le plus important et accomplirent plus de travail en deux jours qu’au cours du mois précédent. En outre, de retour au bureau, l’énergie créée lors de ce week-end continua à les alimenter. Mais Steve ne s’arrêta pas là : il envisageait à moyen terme de modifier la décoration des bureaux des créatifs en installant des portes battantes d’un rouge éclatant, et en faisant poser une moquette de la même couleur. Il voulait également planter un arbre immense devant leurs fenêtres. Toutes ces actions qui n’auraient aucun effet sur les analystes, sont parfaites pour des rêveurs comme les créatifs de Steve.

La connaissance de ta propre personnalité et celle des autres te permettra une meilleure communication et moins de conflits.

Tu peux me laisser en commentaire quel est ton type de personnalité.

Photo by Sharon McCutcheon, Kaleidico, Christiann Koepke, Science in HD on Unsplash

Spread the love
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
  •   
  •  
  •  
  •  
  •  

Cet article a 2 commentaires

  1. Paul CTD

    Merci beaucoup, superbe article 🙂
    Clairement, je suis un analyste !

    1. Latifa Rachid

      Bonjour Paul
      Merci pour le commentaire. C’st avec plaisir.
      J’espère que le sachant maintenant ça t’aide.
      Moi aussi je suis une analyste aussi.
      A très bientôt

Laisser un commentaire